insitu-museo

Le Conseil départemental reprend le projet de Musée de la photographie

Le Conseil départemental reprend le projet de Musée de la photographie. Deux sites sont envisagés, à Saclay et à Bièvres.

Photopolis revient sur le devant de la scène. Le Département de l’Essonne semble décidé à ressortir des limbes l’ambitieux projet de Musée national de la photographie, laissé de côté par la précédente majorité départementale. Un appel d’offres pour une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) vient d’être lancé fin décembre, et le Département, bien qu’en situation financière délicate, semble décidé à investir et à pousser ce chantier. «  Notre département, possède, du fait de son histoire, et de la mobilisation de certains acteurs associatifs, un incroyable fonds de photos, l’une des plus grosses collections d’Europe. Mais faute de place dans l’actuel musée nous ne pouvons les accueillir. Alors, certes, nous faisons beaucoup de choses hors les murs, mais nous voulons désormais aller plus loin », explique Aurélie Gros, vice-présidente en charge de la culture au sein du Conseil départemental. Un moyen aussi de respecter la volonté post-mortem de l’un des plus gros donateurs du département, la famille Fage, des collectionneurs qui souhaitaient un grand musée pour abriter une collection estimée à 25.000 objets et 1 million de photos.

Grand équipement à Saclay

Le projet Photopolis, imaginé il y a quelques années, vise donc à pousser les murs. Un nouveau musée d’au moins 1.500 m2 verrait le jour à Bièvres, à quelques encablures de l’actuel musée – petit, et mal desservi. Un terrain jouxtant la gare a déjà été réservé à cet effet. Le site, dédié à la photo sous ses aspects patrimoniaux, sociétaux, pourrait également accueillir l’importante collection d’appareils photos léguée au Département.

Plus atypique, ce lieu serait complété par un grand équipement très moderne situé sur le plateau de Saclay : «  Une sorte de vitrine de la science, où nous ferions le lien entre photo et sciences, photos et nouvelles technologies, avec une mission forte d’éducation à l’image et un axe autour du numérique », imagine Aurélie Gros.

Un musée futuriste, innovant, mais grand public, auquel les élus prévoient évidemment d’associer les entreprises et les laboratoires voisins du plateau de Saclay. D’autant que Photopolis ambitionne aussi d’être l’un des atouts majeurs de la France dans la candidature à l’Exposition universelle de 2025. «  Mais le projet se fera quoi qu’il advienne », assure Aurélie Gros. Des financements vont être demandés aux communes, à l’Etat, à la Région – via les contrats de plan Etat-Région -, mais aussi à l’Europe. Une emprise foncière a également été retenue à Gif-sur-Yvette, dans la ZAC dite des Moulons, en pleine construction, qui sera desservie par la future ligne 18 du Grand Paris Express. Reste désormais à définir le projet et à choisir le ou les architectes. «  Notre objectif est une ouverture en 2021, au plus tard 2023 », assure Aurelie Gros. Il n’y a plus de temps à perdre.

À noter
L’actuel Musée de la photographie, à Bièvres, est en cours de rénovation et rouvrira ses portes au printemps prochain.

Laurence Albert

http://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-des-marches-publics/021651565049-musee-les-elus-de-lessonne-relancent-le-projet-photopolis-1197312.php